La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Mouvement pour la Défense de Lausanne

1967- 2021

Le MDL veille sur Lausanne


Actualités

22/09/2020

Ouchy 51, sauvons les jardins historiques de la Printanière. La Municipalité a refusé de délivrer le permis de construire, le promoteur a fait recours au Tribunal Cantonal.

11/10/2021

Place de l'Ours, le projet du bâtiment collé à l’hôtel  de l'Ours causant la destruction d'une partie de sa façade nord-est est abandonné pour un nouveau projet à venir.

11/10/2021

Montolivet, cette ancienne campagne devenue le collège de Montolivet va être soumise à un nouveau plan d'affection qui permettra de construire des bâtiments dans son jardin historique. Il prévoit aussi de valoriser la maison de maitre et une partie de ses jardins attenants.

Opposition

22/10/2021

Une nouvelle menace plane sur le quartier de la Sallaz avec une destruction d'une villa locative du 19e siècle et d'un ancien atelier de couture sur un îlot de verdure. L'enquête court jusqu'au 11 novembre.

Opposition

Ne nous laissons pas envahir par la densification

De nombreux projets de tour menace notre région,  pour notre association les tours représentent:

Une DENSIFICATION ILLUSOIRE
La tour est dévoreuse d’espace ! Avec son contexte, sa densité est inférieure à celle d’un quartier ordinaire. Sur le même terrain, on peut construire plus de logements à moindre coût.

Une ABERRATION ÉCOLOGIQUE
Une tour est « énergivore ». Sa consommation d’électricité est excessive (ventilation, chauffage, éclairage, ascenseurs domotique, vidéosurveillance, etc.). Une tour, c’est plus du tiers du volume séquestré par les escaliers, les ascenseurs et la technique. Même étiquetée Minergie, c’est une construction boulimique en énergie et matières premières.

Une OPÉRATION SPÉCULATIVE
Une pure opération financière orchestrée par de gros fonds d’investissement. Les logements mis en vente seront hors de prix.

UN ÉCHEC URBAIN
L’impact de la tour dans le paysage est une balafre. Ses dimensions ne sont pas à l’échelle humaine. Les atteintes à la vue, les ombres portées dégradent le tissu urbain. La tour est une forme architecturale anxiogène. C’est un monde fermé et replié sur lui-même. Il n’existe pas de tour heureuse !

UNE ERREUR LOGISTIQUE
En effet, les Lausannois passent la majeure partie de leur temps dans leur ville, densifier à outrance en construisant des tours conduira à dégrader leur cadre de vie et posera de graves problèmes invisibles aujourd’hui.

UNE MARQUE de PUISSANCE
Des riches investisseurs, des politiciens, des promoteurs et d'autres acteurs souhaitent montrer leur puissance, leur savoir faire et autre marque d’égo par la construction d' objets hors du commun, emblématiques tels que tours, statues, centres immobiliers. Des éléments architecturaux forts et qui marqueront notre paysage d'une empreinte irrémédiable.

Une tour c’est...
... un impact démesuré sur le paysage
... un gaspillage de ressources
... un coût d’entretien très élevé
... pas la meilleure solution pour densifier

Réflexions sur le premier gratte-ciel de Lausanne

Récit avec Bruno Corthésy, historien spécialisé dans l’architecture et auteur du livre "La tour-Bel-Air, pour ou contre le premier gratte-ciel à Lausanne" éditions Antipode.

Projets de tours: Malley, Rasude, Bussigny, Chavannes,

Liens RTS